Le sport comme médicament

femme sportive saute

Avez-vous déjà lu les effets indésirables des médicaments qu’on ingurgite quotidiennement ? Nausées, maux de tête, démangeaisons, somnolence, diarrhée, vision floue, fatigue, éruption cutanée…

Les bénéfices d’une activité physique adaptée sont largement supérieurs aux risques, estime la Haute autorité de santé, qui publie un guide pour faciliter la prescription par les médecins de sport pour leurs patients, y compris cardiaques ou diabétiques.

L’activité physique modérée n’est jamais absolument et définitivement contre-indiquée, souligne l’autorité de santé. C’est la sédentarité qui tue : 2 millions de morts par an dans le monde, selon l’OMS.

L’activité physique réduit le risque de mortalité toutes causes confondues. Elle est même indiquée pour prévenir certains cancers (sein, colon, prostate …). Elle réduit les risques de pathologie cardiovasculaire, de diabète de type 2, ainsi que les symptômes dépressifs et anxieux.

Pourtant, seulement 53% des femmes et 70% des hommes atteignent les recommandations de l’OMS en termes d’activité physique (2h30 d’activité d’intensité modérée comme la marche ou le vélo réparties sur 3 à 5 jours par semaine), selon une enquête de Santé publique France de 2014.

Conclusion le sport comme médicament bientôt dans nos pharmacies !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page